Votre tout petit est âgé d’à peine 2 mois et déjà la reprise du travail se profile à l’horizon.

Que votre allaitement ait été laborieux à mettre en place, ou que vous n’ayez eu aucune difficulté, cet allaitement vous y tenez et vous n’avez pas envie de sevrer votre bébé sous prétexte de reprendre le travail… mais vous vous posez beaucoup de questions :
Est-ce raisonnable ? Est-ce faisable ? Comment m’organiser ? Comment nourrir mon bébé en mon absence ? Dois-je tirer mon lait ? Est-ce que la nounou voudra bien le lui donner ? Comment va évoluer ma lactation ?

Grâce à l’expérience de nombreuses mamans, je vais essayer de vous aider à trouver les réponses qui vous conviendront et vous permettront de poursuivre sereinement l’allaitement de votre bébé aussi longtemps que vous le souhaiterez.

1/ Que dit le droit français sur l’allaitement ? 

(en résumé et pour faire simple)
« Chaque salariée allaitant son enfant dispose pour ce faire d’une heure par jour sur son temps de travail, jusqu’au premier anniversaire du bébé » (Code du travail, décret d’application en mars 2008)

Cette heure est divisée en deux périodes de trente minutes réduites à vingt minutes si le local d’allaitement est à l’intérieur des locaux destinés au travail. Elle n’est pas rémunérée, sauf si la convention collective le spécifie. (Interrogez donc votre DRH et lisez attentivement vos conventions collectives !)
Une salariée peut allaiter son enfant dans l’entreprise !
Chaque entreprise de plus de cent salariées doit prévoir des locaux dédiés à l’allaitement au sein de l’entreprise, dans des conditions d’hygiène très précises.
Le coût de l’installation et de l’entretien de ces locaux est entièrement à la charge de l’employeur.
Les femmes militaires bénéficient des mêmes droits.

2/ Quels sont les avantages à poursuivre l’allaitement à la reprise du travail ?

Un enfant allaité est moins souvent malade. C’est un fait avéré. Qui dit enfant moins malade, dit enfant moins souvent exclu de son mode de garde, dit maman moins souvent absente de son travail… Ceci dit cela peut aussi être valable pour le papa…

Le lien entre la mère et son bébé est préservé. Les séparations sont plus faciles et les retrouvailles sublimée. Et enfin, grâce aux hormones produites lors des tétées (ou des séances de tire-lait), le niveau de stress de la mère est bien plus bas.

Que du bonus on vous dit !

3/ Allaitement exclusif ? Allaitement mixte ? Quelles sont les options qui s’offrent à moi ?

  • Allaitement au sein complet : votre bébé peut vous être amené ou vous pouvez aller l’allaiter durant votre temps de pause chez la nounou ou à la crèche.
  • Tous les repas au lait maternel : vous mixez entre allaitement quand vous êtes avec votre bébé et votre lait tiré.
  • Repas partiellement au lait maternel : toujours l’allaitement en directe quand vous êtes avec votre bébé. Repas au lait maternel exprimé et utilisation de lait industriel quand vous êtes séparés.
  • Allaitement partiel : allaitez quand vous êtes à la maison et votre bébé boit du lait industriel quand vous travaillez.
  • Votre bébé est un peu plus âgé ? Vous pouvez faire un mixe entre l’allaitement quand vous êtes ensemble, le lait tiré et la diversification chez la nounou ou à la crèche.

Dans la pratique, il y a des variantes.
Nombreuses… En fait presque autant qu’il y a de duos « maman-bébé ».
Ce qu’il est important de retenir c’est de faire ce que vous avez envie de faire et pas ce que « les autres » vous disent de faire.

Un point technique à retenir toutefois : afin de conserver une bonne lactation, il est préférable de conserver au moins 2 tétées par 24h, idéalement 3 et notamment la nuit si possible car les hormones de la lactation sont au plus haut en période nocturne.

4/ Comment choisir mon tire-lait pour le travail ?

Dans un précédent article, nous avions abordé les accessoires pour allaiter bébé à prévoir dans votre liste.
Tout dépend du rythme de tirage que vous envisagez et de la facilité que vous aurez à transporter et ranger votre tire lait. Certaines mamans préféreront un tire lait manuel qui se glisse facilement dans une petite valisette avec le petit matériel nécessaire au stockage du lait qu’elles tireront sur leur lieu de travail. D’autres femmes choisiront l’artillerie lourde avec le tire lait électrique, double pompage qui restera à la maison, au bureau ou même dans la voiture. Certaines marques comme Avent et Medela sont passées maîtresses dans l’art de l’efficacité, de la facilité d’utilisation, du transport et du rangement. Il est bon de savoir qu’il existe aussi différentes tailles de téterelles (les embouts que l’on fixe sur tire-lait et qui viennent se poser sur le sein) suivant les marques. Il peut être judicieux de se renseigner à ce sujet soit auprès du vendeur, soit auprès de votre pharmacie.

Bon à savoir : vous pouvez aussi louer durant un an maximum, votre tire lait électrique en pharmacie avec une simple ordonnance de votre médecin traitant. La location vous sera remboursée par votre caisse d’assurance maladie.

5/ Quand dois-je commencer à tirer mon lait ? A quel rythme ?

Idéalement, 2-3 semaines avant la reprise du travail vous pouvez commencer à apprivoiser le tire lait. Ce n’est pas toujours évident. Certaines femmes bloquent un peu, tirent très peu de lait au début et du coup s’inquiètent des quantités de lait qu’elles produisent et qu’elles vont pouvoir fournir à leur bébé en leur absence. On déstresse, on souffle et on s’offre une tisane ! 😉
Pour les premières fois, vous pouvez essayer de tirer votre lait avec votre bébé sur l’autre sein, ou à proximité. Avoir son odeur sur un lange ou un vêtement aide aussi à motiver la montée de lait.

Même si les quantités que vous tirer au début sont faibles, dites vous qu’au cumule, c’est toujours ça de gagné pour votre bébé plus tard.

Une fois que le tire-lait est apprivoisé, cela sera bien plus simple pour vous de tirer des quantités plus que raisonnables.

Sur la question du rythme il y a plusieurs possibilités. Soit vous tirez le lait du sein qui n’est pas tété par votre enfant 2 ou 3 fois dans la journée, soit vous avez repéré une plage de sommeil de votre bébé assez longue dans la journée ou même le soir et vous créez une tétée fictive à ce moment là et vous pouvez alors tirez complètement le lait des 2 seins.

6/ Comment stocker et transporter mon lait ?

Lorsque vous tirez votre lait avec un tire-lait, il est recueillit dans un petit récipient soit en verre soit en plastique qui ressemble à un biberon sans la tétine fixée sur le tire-lait. Soit vous avez beaucoup de ces récipients et vous pouvez laisser le lait dedans en le fermant avec un couvercle, soit vous pouvez le transvaser dans des petits sachets de conservation spécialement conçut pour le lait maternel. Peu chers et pratiques à l’usage, vous pouvez conserver ainsi votre lait au frais ou au congélateur très facilement et le transporter dans des conditions sanitaires optimales que vous soyez à la maison pour tirer votre lait ou au travail.

Astuce : Notez la date et la quantité sur chaque sachet/récipient afin de savoir lequel utiliser avant l’autre.

Certaines marques proposent des petites valisettes très complètes. Vous pouvez même y glisser un bloc réfrigéré afin de maintenir le lait au frais toute la journée si vous n’avez pas de frigo à portée de main. Au pire, un petit sac isotherme peut vous apporter la même satisfaction !

La tableau ci-dessous vous permet de savoir que le lait frais peut se conserver 8 jours au frigo par exemple !

Durée de conservation du lait maternel Congélateur
-19°C ou moins
Congélateur séparé d’un réfrigérateur Réfrigérateur
(0 – 4°C)
Température de la pièce
(19 – 22°C)
Lait frais 6 mois et plus 3-4 mois 8 jours 24 heures (colostrum)
10-12 heures
Lait décongelé Ne pas recongeler Ne pas recongeler 24 heures 1 heure

source Almafil.com

Au cours de la journée, vous pouvez cumuler le lait de différentes tétées/expressions dans un même récipient que vous aurez, par exemple, mis au frais entre temps.

Astuce : congelez des petites quantités de lait : 80-100ml maximum dans les sachets ou dans les récipients… ou même mieux si votre bébé est tout jeune : dans des bacs à glaçons !  Un fois bien pris vous glissez vos glaçons de lait dans un sac pour les surgelés (à savoir qu’ils sont stérilisés !) comme cela, vous décongèlerez (sous le robinet d’eau chaude, pas au micro-onde qui tue certaines bactéries et enzymes) uniquement ce dont vous avez besoin sans risquer de grosses pertes. Chaque goutte de lait maternel est précieux autant en perdre le moins possible, n’est-ce pas ?

7/ Quelle quantité de lait dois-je tirer ? Quelle quantité de mon lait donner à mon bébé ?

Ce qu’il faut d’abord savoir c’est que : ce que vous tirez au tire-lait n’est absolument pas représentatif de ce que votre bébé obtient, lui, en tétant. Ce n’est pas comparable. Votre bébé est LA meilleure machine à pomper du lait au monde ! Cela vous rassure-t-il de le savoir ?

Ce qu’il faut donner à votre bébé est variable en fonction de son âge, de son poids, de ses habitudes avec vous. Certains bébés prennent très souvent le sein mais pour de petites quantités de lait, d’autres bébés prennent moins souvent mais de plus grosses quantités. Donc, ce qu’il a besoin n’est pas forcément fixe et figé comme pour les bébés uniquement nourrit au lait industriel (quoique même ainsi, d’un jour à l’autre les bébé n’ont pas la même faim, comme les adultes quoi …). Envisagez de petites quantités au début, puis rajoutez en, en fonction de sa demande.

Prise moyenne selon l’âge*

Age Qté approximative par tétée
0-2 mois 60-140 g
2-4 mois 120-170 g
4-6 mois 140-200 g

Prise moyenne selon le poids*

Poids Qté approx. par 24 heures
3600 g 600 g
4000 g 680 g
4500 g 760 g
5000 g 830 g
5500 g 900 g
6400 g 1050 g
7300 g 1210 g

source Almafil.com

*informations approximatives car chaque bébé est différent !

Attention : si votre lait est donné au bébé au biberon par une personne peu informée sur l’allaitement, il est fort probable que votre bébé « siffle »tout son biberon en très peu de temps et en réclame encore après… Normal… il n’a pas l’habitude que « ça coule tout seul ». Il y a beaucoup moins d’efforts à faire avec un biberon et la satiété n’a pas le temps d’arriver comme avec sein. Il est donc très important que votre bébé prenne le biberon doucement, avec des pauses… sinon le risque est de vous entendre dire que… « vous ne donnez pas assez de lait maternel et qu’il faut compléter » …

8/ Faut-il « habituer » mon bébé à prendre mon lait autrement qu’au sein ? Comment faire donner mon lait à mon bébé quand il est gardé ?

Il n’est absolument pas indispensable « d’habituer » le bébé à prendre du lait avec un biberon. Quelque soit son âge d’ailleurs. Si toutefois cela vous rassure, vous pouvez commencer 2 petites semaines avant la reprise du travail, mais jamais avant qu’il n’ai 6-8 semaine de vie. Avant cet âge, le risque de « confusion sein-tétine » est très important.

Dans la mesure du possible, ne donnez pas vous-même un biberon à votre bébé : comment pourrait il comprendre qu’il ai le sein à porté de nez mais qu’il n’ai pas le droit de l’avoir dans la bouche ???

Ne soyez pas non plus dans la même pièce, ou même dans la maison (si possible) afin que votre enfant puisse comprendre que ce système d’alimentation est valable justement durant votre absence.

Ne pas donner vous-même de biberon à votre bébé ou ne pas l’habituer avant votre reprise du travail  ne le perturbera pas.  Au contraire, cela va lui permettre de comprendre qu’avec maman, il est au sein et que lorsqu’il n’est pas avec maman, il prend son lait d’une autre façon. Cela peut être justement rassurant et structurant pour le bébé de conserver ce schéma aussi bien en semaine, que le we et durant vos vacances.

Le biberon est généralement le récipient qui semble le plus évident afin de donner du lait à un bébé autrement qu’en passant par le sein de sa mère. Mais, certains bébé ne l’acceptent pas. Ou alors l’on accepté une ou deux fois… et plus jamais ensuite. Certains n’en ont jamais compris le fonctionnement et n’ont jamais réussit à téter avec la tétine, quelque soit sa forme !… Merveilleuse diversité … 😉

Sachez que si votre bébé refuse catégoriquement le biberon, tout n’est pas perdu, ne stressez pas et ne le braquez pas, il existe d’autres façons de donner du lait à un bébé : la soft-cup, la tasse à bec, la seringue (sans aiguille évidement ! ), la petite cuillère…. Et puis il y a aussi la possibilité de donner le lait maternel sous la forme de flan pour les petits ou pour les plus grands en le cuisinant : purées, compotes lactée, céréales au lait de maman…

Et en dernier option, il y aussi les bébés qui ne veulent rien manger du tout quand ils ne sont pas avec maman. Ça arrive, ce n’est pas si grave que cela peut y paraître. Seules les nourrices ou la crèche s’inquiètent généralement… mais… posons nous 2 secondes et réfléchissons : n’y a t il pas des bébés qui font des nuits complètes de 6-8 ou même 10h ? mangent ils durant cette période ? non… et bien… personne ne s’en inquiète, au contraire même on aurait tendance à les en féliciter… alors pourquoi s’en inquiéter la journée ? Vous pouvez être certaine que votre bébé saura se rattraper lorsqu’il sera avec vous… le nez à portée de sein ! (ce qui n’empêchera pas les gardiennes de proposer de temps en temps quand même un peu de votre lait au moins pour qu’il se désaltère si il fait chaud, mais sans jamais forcer !)

9/ Comment ma lactation va-t-elle évoluer au fil des mois ?

La loi de l’offre et de la demande reste toujours et plus que jamais valable. Plus le bébé tète, plus vous aurez de lait et moins bébé tète moins vous aurez de lait. Il en est de même avec le tire-lait. Vos seins vont aussi changer, reprendre un taille plus « classique ». Etre moins souvent tendus. Les montées de lait gênantes voir même impressionnantes vont doucement passer inaperçue… mais cela ne change en rien votre capacité à produire tout le lait dont votre bébé a besoin. Si toutefois vous avez la sensation d’une petite baisse de lait, mettez juste votre bébé un peu plus souvent au sein ou activez un peu plus le tire-lait. Vous poser au calme,  le we avec votre petit téteur, peut aussi vous faire le plus grand bien et simplement booster la machine.

Il peut arriver que vous vous sentiez un peu fatiguée, c’est normal. Reprendre le travail après avoir eu un bébé est de toute façon fatiguant. Que vous allaitiez ou non. Vous devez toujours assurer votre travail, vos transports, gérer une nouvelle organisation avec votre conjoint et votre bébé. Vous occuper de lui en rentrant du travail, vous occuper de la maison… De nombreuses mamans continuant à allaiter après la reprise du travail on trouvé que l’allaitement leur permettait de revoir vraiment leurs priorités. De se poser avec bébé sur le canapé ou dans le lit. En l’allaitant ainsi après leur journée de travail, elles renouent le contact, le lien charnel et lacté avec leur petit. C’est un moment un peu hors du temps, une parenthèse…

10/ Pics de croissance : les repérer et les apprivoiser

Je ne pouvais pas finir cet article sans vous parler des Pics de croissances. Ils sont à l’origine de nombreuses fins d’allaitement, que vous ayez ou non repris le travail :

  • Vous observez que votre bébé se met à réclamer le sein plus souvent dans la journée et parfois même la nuit. Lui qui avait -peut être-  un rythme de croisière.
  • Vous avez l’impression qu’il est tout le temps au sein,
  • Il râle peut être même un peu quand le lait n’arrive pas assez vite, réclame aussi très souvent la nuit…

C’est déstabilisant pour vous et les premières questions qui vous viennent à l’esprit sont : « Est ce qu’il a faim ? Est ce que j’ai encore assez de lait ? »

C’est normal ! C’est un pic de croissance de votre bébé. Ce n’est pas vous qui n’avez pas/plus assez de lait, c’est juste votre enfant qui en réclame plus. Une seule solution, le laisser téter aussi souvent qu’il le demande, lui proposer systématiquement les deux seins, voir même lui proposer 3 ou 4 seins… jusqu’à ce qu’il n’en veuille plus (ça s’appel la grande alternance)….je vous ai déjà dit… l’allaitement c’est la loi de l’offre et de la demande : plus bébé tété, plus vous produisez de lait…. Laissez faire votre bébé, un pic de croissance dure de 2 à 4 jours puis ça passe, il reprend un rythme de croisière ensuite et vous pouvez souffler 😉

Les pics de croissances classiques arrivent approximativement vers 10 jours, 3 semaines, 3 mois et 6 mois…Parfois un peu plus souvent, parfois un peu moins… mais si vous avez repris le travail et que vous observez ces symptômes… pas de panique. La réponse est la même : accrochez votre bébé au sein le plus possible et faite de votre tire-lait votre meilleur ami pour quelques jours et le tour sera joué !

 

Vous avez encore des questions ? Vous souhaitez en savoir plus  : Lactissima, Almafil, Medela, LLL France


allaitement allaiter bébé apprentissage de la propreté avantages couches lavables bebe ecolo bébé cadeaux change couche couche lavable couches lavables coupe menstruelle crème solaire cuisine zéro déchet culotte de protection disana Diy diy maison hiver huiles essentielles hygiène intime interview lange à nouer liniment manymonths maternage mer mode noël néobulle portage portage physiologique propreté recette recette maison salle de bains serviette hygiénique soin naturel soleil vacances zéro déchet écharpe de portage écologie écologique éducation