Bébé grandit vite. On vous avait prévenus, alors que votre ventre s’arrondissait. « Faudra que tu profites, ça passe vite », vous disaient ceux qui étaient déjà passés par là. Ils avaient raison, bébé grandit, les évolutions s’enchaînent à toute vitesse : il rampe, il babille, il marche à quatre pattes, il marche, il dit son premier mot…  L’une des évolutions les plus attendues est celle de la propreté. Elle marque un passage, comme si le bébé cédait la place à l’enfant. Et puis, il faut bien l’avouer, quel bonheur de ne plus avoir à changer les couches plusieurs fois par jour !

Pour autant, pas question de forcer son enfant à aller sur le pot, il est important de respecter son rythme. Mais on peut l’aider à devenir propre. Voici nos conseils !

apprentissage de la propreté

A quel âge un bébé devient propre ?

Il n’y a pas de normes, tout le monde connaît quelqu’un dont l’enfant a été propre à un an, mais globalement, la propreté d’un enfant intervient entre deux et trois ans. La plupart des écoles maternelles n’acceptent d’ailleurs pas les enfants qui ne sont pas propres en journée.
Il y a encore quelque temps, il était normal de laisser un bébé plusieurs heures sur le pot parce qu’on avait décidé qu’il devait devenir propre. Aujourd’hui, les mentalités ont évolué et on laisse l’enfant grandir à son rythme. Le parent est là pour l’aider, pas pour l’obliger.

Comment aider bébé à devenir propre ?

La première des choses, c’est d’attendre qu’il soit prêt. S’il arrive à verbaliser, il en fera la demande, sinon il se fera comprendre. L’idéal est de lui expliquer qu’il peut, s’il le souhaite, faire ses besoins comme un grand. Dans ce cas, il pourra vous prévenir de son envie quand il la ressent.

L’idéal est de laisser un pot à sa disposition et de le lui proposer si vous voyez qu’il a envie de faire ses besoins, s’il vous prévient ou si c’est à peu près son heure. Selon votre préférence (ou la sienne), vous pouvez également opter pour un urinoir d’apprentissage (avec ventouse) ou un réducteur de toilettes.

Afin de l’aider à gagner en autonomie, vous pouvez également passer des couches classiques aux culottes d’apprentissage. Différentes capacités d’absorption existent, selon l’avancement de la propreté. Le point commun à toutes, c’est que l’enfant peut l’enfiler et la retirer lui-même, à la manière d’une simple culotte.

N’hésitez pas à le féliciter avec excès quand il parvient à faire ses premiers besoins comme un grand, cela l’encouragera à réitérer. Si, au contraire, il n’y arrive pas du premier coup, ne le réprimandez pas, cela risquerait de le bloquer et serait contre-productif.

Des accidents risquent d’arriver, surtout les premiers temps, et pas uniquement la nuit ! C’est normal, l’enfant peut s’oublier, les automatismes ne se prennent pas si facilement. Cela n’aura pas de grande conséquence, si ce n’est qu’il faudra le changer. En revanche, si cela arrive à certains endroits , les dégâts peuvent être plus ennuyeux. N’hésitez pas à protéger les lieux sensibles, par exemple avec les protections pour siège-auto, qui peuvent également être utilisées sur n’importe quel siège, et qui absorbe efficacement les liquides.

Avec tous ces conseils, le cap de la propreté devrait se passer en douceur. Reste à se munir d’un peu de patience, et bientôt, changer les couches de votre tout petit sera un doux souvenir.

 


allaitement allaiter bébé apprentissage de la propreté avantages couches lavables bebe ecolo bébé cadeaux change couche couche lavable couches lavables coupe menstruelle crème solaire cuisine zéro déchet culotte de protection disana Diy diy maison hiver huiles essentielles hygiène intime interview lange à nouer liniment manymonths maternage mer mode noël néobulle portage portage physiologique propreté recette recette maison salle de bains serviette hygiénique soin naturel soleil vacances zéro déchet écharpe de portage écologie écologique éducation