Depuis le retour des couches lavables il y a quelques années, les aprioris et préjugés ont fleuri sur la toile. Voici un petit florilège de quelques remarques entendues ou lues ici et là concernant l’usage des couches lavables pour les bébés.

Il y a tellement de couches lavables que c’est trop compliqué de choisir

Il est vrai qu’il y a beaucoup de modèles et que le choix peut paraître fastidieux. Mais, correctement conseillé et orienté, ce n’est pas plus difficile que de choisir une nouvelle voiture. Les couches vont vous accompagner durant environ 3 ans, voire un peu plus la nuit. Il est donc important qu’elles répondent vraiment à vos attentes et à vos besoins. Passer un peu de temps afin de bien les choisir ne sera jamais du temps perdu.

Nos astuces avant de se lancer 

Les couches lavables, c’est cher

Ce n’est pas faux. Mais, on peut aussi les considérer comme étant un investissement. Avez-vous calculé combien de couches jetables vous devrez acheter pour un bébé de sa naissance à 3 ans ? Non, ne faites pas le calcul, vous allez juste avoir peur ! Croyez-en une maman qui n’a utilisé que des couches lavables pour ses 4 enfants (mis à part les 12 premiers mois de FilleAinée). Les couches lavables sont une économie sur le long terme ! La majeure partie de cet investissement est rentabilisée sur moins d’un an (lavages compris !). Et si en plus vous les utilisez pour plusieurs enfants, comme il est tout à fait possible de le faire, vous serez particulièrement gagnant.

Les couches lavables, ça sent mauvais

Heu… ben, pas plus que les couches jetables en fait. Une selle qui sent mauvais dans une couche lavable ou dans une couche jetable reste une selle qui sent mauvais. Après, je dois vous avouer que l’odeur qui se dégage d’une couche jetable pleine d’urine m’incommode. L’ammoniaque de l’urine mélangée aux produits chimiques des couches jetables, ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable pour les narines 😉

Le stockage des couches lavables sent mauvais ? Un seau dans le garage ou une poubelle qui se ferme dans la cuisine. Rien de bien différent des couches que l’on met dans nos poubelles ménagères en fait.

Les couches lavables, ça fuit tout le temps, on s’en met plein les mains

Ça, c’est faux ! En tout cas, ça doit l’être pour la simple raison que si vous avez des couches adaptées à votre bébé et correctement entretenues, il n’y a pas de raisons qu’elles fuient. Pour la petite histoire, FilleAinée, qui était en couches jetables tout bébé, ne faisait des selles que tous les 10-12 jours. Quand cela arrivait, je pouvais la changer de la tête aux pieds et la passer sous la douche. Mes 3 autres bébés (en couches lavables des la naissance) ont même battus des records avec 15 jours sans selles pour certains… mais des selles cataclysmiques ! Le pire auquel j’ai du faire face fut un débordement dans la culotte de protection. (et oui, j’ai toujours été accro au système couche + culotte). A noter : la capacité d’absorption d’une couche lavable est bien plus rapide qu’une couche jetable.

N’oubliez pas, le petit feuillet (feuille de protection) est là pour vous aider à débarrasser le plus gros et justement, pour ne pas y mettre les mains 😉

Avec les couches lavables, bébé a toujours les fesses humides, c’est mauvais pour sa peau

ou les fesses des bébés sont plus souvent irritées avec les couches lavables

C’est là que nous apprenons qu’avoir les fesses humides n’est finalement pas un souci pour le bébé, mais un souci pour les parents. C’est juste une normalité depuis la nuit des temps. Une évidence que veulent impérativement nous faire oublier les lobbies des couches jetables en nous désinformant.

En effet, il a pu être observé qu’un bébé portant des couches lavables depuis sa naissance n’a presque jamais les fesses irritées. Je ne dis pas que cela n’arrive jamais, mais c’est rare. Parfois, on peut constater une petite rougeur suite à une selle qui n’a pas été enlevée rapidement, quelques boutons lors des poussées dentaires, parfois une mycose si la souche traîne dans la famille, etc. Rien de bien extraordinaire en fait.

Un des rares moments où les irritations peuvent être vraiment fréquentes, c’est lors du passage au couches lavables pour un enfant qui a l’habitude des couches jetables. Étonnamment, la transition est parfois rude et le bébé peut se retrouver avec 6-8 jours de fesses rougies. C’est certain, on se demande si on a eu raison de faire ce choix. En persévérant, avec un peu de pâte à l’eau ou du liniment, on s’aperçoit que ça passe. Le tour est joué.

Ce qui peut poser des soucis par contre, ce sont les produits utilisés pour laver les couches. Un détachant agressif, une lessive contenant du savon de Marseille, ou pire, un adoucissant… et c’est la cata presque assurée. Une seule solution alors : le décrassage. Plusieurs écoles se disputent des recettes plus ou moins originales. Pour ma part, j’ai du décrasser mes couches lavables 2 fois en plus de 10 ans d’usage, donc je ne plains pas : lavage de mes couches lavables classiques à 90°C, avec juste du sel détachant biodégradable à l’oxygène actif et une demi verre de vinaigre blanc. (Pas de quoi abîmer mes couches, à condition bien sûr, de ne pas renouveler l’opération tous les 2 mois ! 😉 )

L’entretien des couches lavables est compliqué

Honnêtement, non. L’entretien des couches lavables n’est vraiment pas compliqué. C’est du linge à laver, comme le reste de votre linge. Je dirais même qu’il est presque impératif de ne pas se compliquer la vie. Allez au plus simple !

Certaines couches contenant des matières synthétiques (TE1 ou TE2, hybrides…) et les culottes de protection vont demander à être lavées à des températures assez douces : 30 ou 40°C max. D’autres couches, comme les langes ou les couches classiques, vont êtres lavées avec le coton blanc à 60°C sans aucun souci.

Vous aurez besoin d’une lessive douce, pas d’adoucissant, pas de détachants autre que l’oxygène actif ou le savon de Marseille.

Le séchage ? Les couches classiques, les langes, les inserts et les doublures passent au sèche linge sans bouger. Pour les culottes de protection, les hamacs et les TE1, il est préférable de les laisser sécher sur le fil afin de ne pas altérer les matières par la chaleur. Comme elles sèchent en quelques heures, no soucy !

La nounou / crèche ne voudra jamais des couches lavables !

Ha bon ? Et pourquoi ? Des raisons d’hygiène ? heu… que font les puéricultrices ou les nounous avec les couches jetables des enfants ? Nous sommes d’accord, elles les mettent dans un sac poubelle. Ce sac est jeté à la fin de la journée dans une benne à ordures. Et elles se lavent les mains avant et après chaque change, n’est-ce pas ?

Et bien changer un enfant en couches lavables n’a rien de bien différent. Il faut juste mettre la couche lavable dans un sac hermétique, fournis par les parents. Pas de déchets à recycler, à gérer, si ce n’est le petit feuillet à mettre à la poubelle ou dans les wc en cas de selles. Pour avoir mis mes enfants un peu en crèche et en halte garderie, je n’ai jamais eu de refus concernant les couches lavables. Tout au plus un sourcil un peu relevé quand la culotte était très colorée 😉

J’ai souvent donné des couches « tout-en-un » pour leur faciliter le travail, mais dans la HG de mon dernier Crampon par exemple, les puéricultrices avaient observé qu’il était mieux, plus à l’aise avec la couche + culotte qu’il portait en arrivant le matin. Elles m’ont proposé de lui mettre aussi. J’ai juste eu besoin de leur montrer une fois comment elle se mettait. En toute simplicité.

Avez-vous entendu d’autres mythes ou fausses idées sur les couches lavables ? Et découvrez notre guide sur les couches lavables ici


allaitement allaiter bébé apprentissage de la propreté aromathérapie avantages couches lavables cadeaux change couche couche lavable couches lavables coupe menstruelle crème solaire cuisine zéro déchet culotte de protection disana Diy diy maison femme hiver huiles essentielles hygiène intime interview laine lange bébé lange à nouer manymonths mer mode noël néobulle portage portage physiologique propreté recette recette maison salle de bains serviette hygiénique soin naturel soleil vacances zéro déchet écharpe de portage écologie écologique éducation